Les tribulations de Grand Voyou vers la Méditerranée : épisode 4

De BENALMADENA à MOTRIL.
 
Dans une nuit noire et sans lune , les roues du 737 de la compagnie RYANAIR s'écrasaient lourdement sur le tarmac de l'Aéroport de Malaga .
En ce début juillet, le moyen-courrier était « plein comme un œuf » et probablement en surcharge. La compagnie Irlandaise déposait toutes les 10 minutes des flots de vacanciers anglais, allemands, hollandais et français en quête de soleil et de farniente. 
 
Mon avion s'était envolé deux heures plus tôt de Marseille, chargé de vacanciers déjà en tenue de plage et accompagnés d'une bruyante marmaille surexcitée.
Cet avion avait des airs de colonie de vacances, ça braillait de toutes parts. 
 
Dans le taxi qui me conduisait jusqu'à la Marina, je repensais avec un peu d'appréhension  à « Grand  Voyou », ce petit voilier que j'avais laissé trois semaines plus tôt au fond de cette Marina improbable. J'allais enfin  retrouver mon bébé, je me sentais nerveux, excité et fatigué. Il était 1h du matin quand je remis pied à bord, soulagé de retrouver mon joujou , apparemment en état !
 
La chaleur était encore omniprésente, symptôme d'une journée qui avait dû être torride ; un jour de « feu » tel que peu l’offrir le sud de l'Espagne en cette saison. 
 
C'est au petit matin, bercé par le roulis du port de  BENALMADENA que je me suis réveillé, accueilli par ce cocon couleur fuchsia du carré que ma compagne  Bénédicte a décoré avec amour et goût. 
Je dis « roulis » car cette Marina est une enceinte artificielle gagnée sur la mer mais dont l'ouverture orientée à l'ouest est très exposée. La houle dominante d'Ouest entre comme chez elle jusqu'au fond des bassins ;  l'eau bute alors sur les quais provocant un imposant ressac. Si on additionne à ce défaut de conception, l'absence de catway et un marnage encore bien présent (l'Atlantique n'est pas si loin) cela  fait de cette Marina un abris plutôt remuant.
Certes, les pendilles permettent accueillir plus de bateaux, mais elles ne brisent pas autant les vagues que des pontons flottants. 
 
Ceci dit, visiteurs potentiels que vous êtes, ne rayez pas cette étape de vos tablettes, bien au contraire !
L'accueil est l'un des meilleurs que nous ayons rencontré et l'architecte qui a imaginé cette Marina a été influencé par les studios de Wald Disney. Les immeubles semblent être sortis tout droit d'un décor du film « 20 milles lieux sous les mers ». Le résultat très réussi, assure un dépaysement total ; nous sommes là, très loin des standards d'architectures Ibériques . 
 
Après une journée de bricolage, d'avitaillement et de préparation, il ne manque que mon équipier pour appareiller. Il s'appelle Pascal, il vient de Strasbourg, il est assez peu expérimenté. Une formation accélérée devrait me permettre de sécuriser les accostages à venir.
 
Nous voilà partis au petit matin. Une houle creuse la sortie du port, résidu du vent d'ouest qui était présent depuis quelques jours. Le côté gauche de la jetée est ensablé mais balisé,  nous dépassons cet écueil de 100 m, le bateau est face au vent, j'envoie la Grand-voile….. mais à mi-parcours, dans le creux d'une vaque, « poum »... on tape dans quelque chose. Je regarde notre sillage …..rien ! Les safrans sont bien là, c'est donc la quille qui a percuté quelque chose. Je file à l'intérieur : elle est toujours dans son puits ! Je me rappelle que le chantier IDB Marine, concepteur du bateau, m'avait dit qu'il existait une sécurité en cas de choc : un débrayage du vérin de quille. Je vérifie que la quille soit bien en position verticale : le vérin se met en branle et la quille redescend pendant cinq secondes.
 
On vient de talonner pour la première fois !! Le fond était sablonneux à cet endroit ; c’est un avertissement sans frais ! La carte marine indique pourtant 4m de fond, les vagues ne dépassaient pas 1,5m,  la marée était basse mais elle ne devait pas dépasser 0,6m ; peut-être un banc de sable en formation ... ?
 
Après cette frayeur, nous faisons route vers MOTRIL dans une mer formée. Le  vent oscille entre 12 et 19 nœuds. « Grand Voyou » remis de ses émotions et plutôt content de reprendre du service, file à 6/7  nœuds …..on se régale ! 
L'après-midi est moins drôle ;  la mer reste formée mais le vent tombe,  on doit affaler la grand-voile. Les mouvements des vagues maltraitent la bôme, les chariots et  les lattes claquent sans cesse. On finit au moteur, aidé par le Genaker.
MOTRIL est un petit port de plaisance  situé au fond d'une darse où cargos et ferry on la part belle. Deux boscos "nous accueillent" par des grands signes négatifs : « Nous sommes complets ». Ils nous  expliquent en espagnol qu'il faut aller à la Marina située avant le port. Le problème c'est que nous n'avons pas vu l'ombre d'une Marina en entrant dans le port,  pas plus qu'en ressortant !? Nous revenons donc sur le port, bien remontés et décidés à accoster sur la première place libre. Fort heureusement, un gars nous fait signe, beaucoup plus sympa, il nous demande de patienter quelques minutes. Le port est en travaux, nous le voyons s'affairer à pousser les bateaux, à décaler des catways encore non fixés au quai pour , au  final,  nous trouver un trou de souris dans lequel nous nous glissons, en marche arrière, avec un certain doigté, je l’avoue ! 
 
Nous passons la nuit, là , au calme de cette petite zone technique avec pour tout horizon un énorme ferry. 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Les tribulations de Grand Voyou vers la Méditerranée : épisode 4 »

Laisser un commentaire

http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif 
 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.