Mojito 888 Grand Voyou : rêve d’étape…

Vous avez suivi avec plaisir les tribulations du Mojito 888 “Grand Voyou” autour de l’Espagne. Voici maintenant le début des chroniques d’escales….

Ce 19 juillet 2018 est un jour à marquer d’une pierre blanche.

Grand Voyou notre Mojito 8.88 appareille de Sète, la patrie de Georges Brassens, à 6h30. Le jour se lève à peine, Bénédicte et moi faisons cap sur l’Espagne. Au programme de la journée: la traversée du golfe du Lion. Un objectif : accoster le plus loin possible avant la nuit.

Ce jeudi, la météo est typique d’une belle journée en Méditerranée Languedocienne. Le vent engage dès le lever du jour, une course poursuite avec le soleil. Cependant il part avec un handicap de 90 degrés. Concrètement au premier rayon de soleil qui pointe à L’Est, le vent est orienté au Nord puis passe progressivement au Nord Est dans la matinée. C’est un sprinteur, il démarre assez fort mais plus le soleil monte, plus il faiblit. A midi le vent s’arrête c’est la bascule, plus ou moins longue et pénible à vivre pour les voileux que nous sommes. La bôme aura claqué maintes fois, la girouette sera devenue folle en même temps que vous. Vous aurez fait le bouchon, votre traceur Vulcan dessinera de l’art contemporain. Les plus raisonnables auront mis le moteur. Les autres attendront patiemment que les bruits parasites de la mature torturée cessent. Ils guetteront le premier clac des lattes enfin alignées dans le même sens que la voile. Ce premier coup d’air franc, annonce la fin de la bascule. Au fond cette bascule, c’est un peu notre petit pot au noir. Mais Eole finira par s’installer timidement à l’Est toujours à la poursuite de son ami le soleil. Il passera Sud Est en prenant de la force, trouvant au sens propre du terme, un second souffle. Puis, en fin de journée, il passera au Sud et perdra progressivement sa puissance comme si il avait compris qu’ aujourd’hui encore, il aurait course perdue. Quand le soleil disparaîtra à L’Ouest, la bascule du soir sera engagée et vous n’aurez d’autre choix que d’allumer le moteur pour filer vers l’abri le plus proche.

Pour l’heure nous devons faire un seul cap direct au 200. Face à ce profil de météo, ma stratégie pour engranger des miles consiste à suivre le vent et à tracer notre route telle une élipse : nous ferons plus de distance mais plus rapidement. Nous réglons le pilote automatique de Grand Voyou vent de travers à 90 degrés du vent Apparent et c’est parti. Grand Voyou file entre 5 et 6 Nds pendant la première heure. Le bateau glisse bien sur une mer plate. Je me félicite d’avoir plongé pour nettoyer la coque la veille de cette traversée, le résultat est probant. L’anémomètre monte à 10/12 nds dès la deuxième heure et grand Voyou accélère. Il oscille entre de 6 et 7 nds. Grand voile assez ouverte et Genaker bordé offrent le réglage optimal, si bien que lorsque le vent monte à 14/15 nds notre Grand Voyou file entre 7 et 8 nds. Un régal, on atteindra une pointe à 9,2 nœuds mais surtout nous restons à ce rythme pendant presque deux heures. Lancé à pleine vitesse, soudain un choc résonne sous nos fesses comme quelque chose qui vient de céder ou de taper. Nous scrutons notre sillage mais rien, pas OFNI. Je jette un œil un peu partout mais je ne vois rien. Le bateau continue à bien marcher et beaucoup de miles sont capitalisés avant la bascule de midi. Lorsque celle ci arrive nous décidons d’enrouler le genaker mais la manœuvre s’avère impossible. Je vais à l’avant et je découvre l’origine du bruit qui nous a fait sursauter un peu plus tôt. L’emmagasineur est cassé, le disque est ouvert et ne tourne plus. Nous affalons le genaker, le constat est sans appel, l’axe est desserti. L’emmagasineur est hors service .

À la fin de la bascule, nous renvoyons le genaker à l’ancienne, un mousqueton frappé directement sur la delphinière. Nous reprenons notre route. Les Pyrénées sont là bien visibles. Devant nous trône le Canigou ( le plus haut sommet des Pyrénées Orientales) et le cap Creus dernier bastion montagneux qui plonge dans la grande bleue. Si notre vitesse à diminuée par rapport au matin, elle reste néanmoins honorable entre 5 et 6 nds. Nous hissons avec plaisir le pavillon Espagnol sur notre tribord et à 18 h nous entrons dans la baie très protégée du petit port de LLança. 70 miles ont étés parcourus, une belle moyenne plus de 5,1 nds . 

Une arrivée très tôt qui nous permet de trouver une place de port sans difficulté et de savourer en terrasse quelques Cagńas ( petites bières pression) bien fraîches.

LLança est une bien belle étape: la baie est splendide entourée de montagnes, l’accueil des Boscos est chaleureux, les installations portuaires flambant neuves, le village tout blanc escalade les collines autour de la baie, les restaurants offrent une gastronomie locale délicieuse. Au matin, un Bosco dépose sur le balcon avant de Grand Voyou une baguette de pain frais emballée avec un petit mot nous souhaitant « bonne journée et bonne mer » : Çà c’est du savoir accueillir !

Dans ces étapes qui nous remplissent de bonheur, nous voudrions partager ce moment avec vous tous:  ceux qui ont imaginé, dessiné, façonné, amélioré et qui nous assistent chaque jour pour entretenir ces bateaux. Au nom des utilisateurs des « enfants » sortis du chantier IDBMarine , un grand Merci.

Une réflexion au sujet de « Mojito 888 Grand Voyou : rêve d’étape… »

Laisser un commentaire

http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif  http://blog.idbmarine.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif 
 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.